Le bonus du PDG de JPMorgan est sur la sellette Publié le 20-05-2015 | Direction Financière

Présenté par

L'AG de la banque doit se prononcer aujourd'hui sur la rémunération de Jamie Dimon. C'est peu dire que le vote, ce mardi, du «package» de rémunération du PDG de JPMorgan, Jamie Dimon, suscite la controverse. Alors que la banque américaine a encore connu une année difficile, marquée par de nouvelles provisions pour litiges, l'attribution, pour la première fois depuis 2011, d'un bonus en numéraire de 7,4 millions de dollars (6,5 millions d'euros) à son patron passe mal. A commencer auprès des agences de conseil en vote ISS et Glaw Lewis, qui ont recommandé en début de mois aux actionnaires de rejeter la motion.
Selon les deux proxys, il est dommageable que les critères d'attribution demeurent flous. «La société est maintenant l'une des seules, voire la seule des grandes institutions financières qui ne lie aucun des éléments de rémunération du directeur général à l'accomplissement d'un objectif pour un ou des indicateurs», explique ainsi ISS.
Le cabinet note que la performance opérationnelle et la hausse de l'action ont tour à tour été évoquées pour justifier la rémunération de Jamie Dimon, qui avait été divisée par deux en 2012, à 11,7 millions de dollars, à la suite du scandale de la Baleine de Londres.

Sur le même sujet :

figure
Certification financière : la norme MSI 20000
Direction Financière - Finance d'Entreprise

MSI 20000 est la norme dédiée à la qualité financière des sociétés.

go
figure
M&A, le retour en force des banques américaines
Direction Financière

En France, le marché reste solide même si l’euphorie de 2014 n’est plus de mise. Le classement exclusif de L’Agefi témoigne du poids des opérations transnationales.

go
figure
Rémunérations élevées pour les patrons de hedge funds
Direction Financière

Les patrons de hedge funds ont le sourire. 

go